mars 2017

Virtus

virtus it paris

Virtus c’est l’auberge espagnole de la gastronomie de bistrot (oui, on a décidé d’arrêter la bistronomie, la mixologie et la foodista…).

 

La chef Chiho Kanzaki vient du Japon et le chef Marcelo Martin di Giacomo, en charge entre autre des desserts, est Argentin. La sommelière Paz Levinson est elle aussi d’Argentine et elle est également l’un des meilleurs sommeliers du monde ; elle veille sur sa cave et fait chanter les appellations du monde.
Nous avons appris l’utilité du Coravin, sorte de tire bouchon breveté en Californie et qui permet d’extraire un verre de vin sans ouvrir la bouteille et qui offre surtout la possibilité de goûter de très bons vins rarement proposés au verre…

 

Tout ça pour vous dire que ce Virtus, que nous n’avons testé que tardivement, envoie du lourd !

 

Un menu unique – oui c’est la mode, mais quand c’est délicieux on est content – en six étapes, servi avec rythme et qui nous a un peu fait penser à notre chouchou.
Un consommé soyeux, une huitre bien vive, un ceviche acidulé, une bonite fondante à la crème d’anchois qui laisse la place à une selle d’agneau de caractère.
Pour conclure, un pré dessert passion-coco « graaave » et un biscuit Sacher, glace Reine des Prés, chocolaté à souhait.

 

Une mention spéciale pour la jolie vaisselle (on a dit la même chose pour Archeste, et bien oui le raffinement japonais attache autant d’importance au contenu qu’au contenant) et pour la déco toute de 70 vêtue.
Une balade raffinée délicieuse et pas prétentieuse.

virtus 3 it paris
entree virtus it paris