décembre 2018

Casagala

Il y a de la place ce soir là, nous sommes lundi et Casagala n’a pas encore inondé la planète foodie.
Tant mieux.
On passe outre la vapeur ambiante et l’odeur des couteaux sautés et nous installons nos 150 printemps autour du bar.
En face de nous, les gais lurons ont déjà bien entamé la soirée, les assiettes défilent et les verres tournent.

 

Le grand bar en marbre qui entoure la cuisine ouverte et mange une bonne partie de l’espace, permet un service convivial.
Au menu, produits de la mer et pâtes fraiches et en cave, des vins naturels aux goûts et aux couleurs révolutionnaires.
Allez on se lance…
Soupe de potimarron peu assaisonnée et bien épaisse, tartare de bar très réussi, couteaux à la plancha, anchois de Collioure…
Raviolis à la joue de boeuf, franchement parfaits et un ton au-dessus de ceux à la ricotta moins convaincants.

 

C’est à ce moment précis que la soirée a tourné…
Hervé (NDLR. Hervé Gualano, chef aventureux et engagé, précédemment derrière la Table d’Aligre et la Fruitière), qui jusque là était resté en retrait, est entré dans la ronde.
Une minute plus tard et sur ses conseils nous plongeons nos fourchettes dans les spaghetti à l’ail confit et au piment… INCROYABLEMENT délicieuses.
Il découpe quelques tranches d’un saumon qu’il a lui-même péché en écosse et fumé (peu), nous parle des produits et des producteurs régionaux  qu’il défend avec passion.
“On passe au dessert ? Je fais la meilleure tarte au citron de Paris”
“Attention…, on en a gouté des bonnes tartes au citron…”
“On est très difficile question tarte au citron…”.
On a englouti une pâte sablée fine et croustillante garnie d’un appareil citronné comme il faut et pas gélifié du tout et on a fermé le clapet.
“J’ai aussi des meringues suisse avec de la crème…”
“QUOI ??? mon dessert préféré…”
Meringues de malade d’Angelo Rime et crème double de Gruyère, ou plutôt de Bulle.
On en a perdu une…pas de meringue, de convive.
“Allez, je vous fait gouter la tarte caramel beurre salé et noix”.
“Non, mais là Hervé, on n’en peut plus”.
Il semblerait qu’on en pouvait encore car la tarte a été avalée et on a même eu droit à un rabe de caramel qu’on a mangé avec les doigts…

 

Il était temps que cette sacrée soirée se termine.
Il en allait de notre réputation…
Ah oui, on oubliait, Hervé a aussi une impressionnante collection de vinyles qu’il fait tourner quand bon lui semble. Hervé fait ce qui lui plait…